Les reformistes

Les reformistes

À propos

« L'histoire que l'on écrit est toujours fécondée par le présent. Le projet de ce livre a pris forme à la fin des années 1990, dans un moment de grande morosité collective. Comme je ne voulais pas ajouter ma voix au concert des cyniques, et que je suis allergique à la fuite en avant des marchands de rêves, j'ai cherché dans notre histoire une autre génération confrontée à des défis semblables aux nôtres [.]. Par delà le siècle et demi qui nous sépare de la génération des réformistes, j'ai eu l'impression de retrouver des incertitudes similaires face à l'avenir. Les uns comme les autres vivent les lendemains troubles de grandes espérances. Le temps des réformistes n'est ni celui des mythes fondateurs, ni celui des Grands Soirs. C'est un temps désenchanté, morose même; un temps de prudence, non d'élans prophétiques. En allant vers les réformistes, mon but n'était pas de réhabiliter des personnages « illustres » ou de dénicher un programme d'action pour l'avenir [.]. J'ai plutôt voulu comprendre les questions qu'ils s'étaient posées et les réponses qu'ils avaient fournies, et voir comment, par la pensée et par l'action, ils avaient conjuré les angoisses d'un présent incertain. »

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences humaines & sociales

  • EAN

    9782764606698

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Longueur

    22.7 cm

  • Largeur

    15.3 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    637 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Eric Bédard

Éric Bédard est docteur en histoire de l'Université McGill et professeur agrégé à la TÉLUQ, l'école de formation à distance de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Il est notamment l'auteur de Les Réformistes. Une génération canadienne-française au milieu du 19e siècle (Boréal, 2009), prix de la présidence de l'Assemblée nationale et prix Clio-Québec de la Société historique du Canada, et de Recours aux sources. Essais sur notre rapport au passé (Boréal, 2011).

empty