Librairie Generale Francaise

  • Célibataire exigeante et fière de l'être, Nadia Daam ambitionne d'envoyer valser les kilos de stéréotypes accolés aux célib'. Surtout quand ce sont des femmes comme elle qui vivent en colocation avec leur fille et leur chat. Convaincue que l'on peut être mère célibataire, tutoyer la quarantaine, avoir son enfant une semaine sur deux et le vivre pas trop mal, elle propose un véritable guide de survie.
    Vous saurez comment dire du mal de vos ex sans passer pour une désespérée et pourquoi il vaut parfois mieux avoir une jambe de bois qu'un utérus. Vous apprendrez qu'une ride du lion et un enfant à demeure sont très utiles pour faire du shopping. Et qu'il n'y a pas de honte à préférer une assiette de spaghettis sauce Bolo Balls dévorée devant Netflix à un date via Tinder. Tant que vous faites ça avec panache et sans sentir la croquette !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Jean-Louis Fournier Grammaire française et impertinente Elle montre souvent le mauvais exemple, mais donne toujours la bonne règle !
    Voici une grammaire impertinente qui réunit l'ensemble des règles à suivre pour dire et écrire correctement bêtises et grossièretés. Des personnages inhabituels dans un livre de grammaire - un condamné à mort, un gangster, un commandant de bord aveugle... - nous enseignent l'usage des prépositions et des conjonctions et conjuguent avec aisance le subjonctif imparfait des verbes les plus délurés.
    Ancien écolier que les exemples puisés dans Anatole France ou Pierre Loti n'arrivaient pas à dérider, Jean-Louis Fournier a pensé aux élèves peinant aujourd'hui sur l'orthographe comme lui-même peinait hier.
    Un manuel que doit également posséder tout instituteur rêvant de voir une petite lueur s'allumer dans le regard blasé des cancres.

    Ajouter au panier
    En stock
  • C'est l'histoire des Morues, trois filles - Ema, Gabrielle et Alice et un garçon Fred , trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Cobain, continue comme un polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et s'achève finalement sur le roman de comment on s'aime et on se désire, en France, à l'ère de l'internet. C'est le roman d'une époque, la nôtre.Trépidant dans son volet polar, sensible lorsqu'il raconte l'énergie dépensée par les femmes pour préserver leur indépendance, Les Morues dresse le portrait insolent d'une époque sans mode d'emploi. Un excellent premier roman. Be. Bien écrit en un savant négligé, voilà un premier roman épatant, drôle et instructif. Le Canard enchaîné.

  • « J'ai toujours cru que je serai heureux demain.
    C'est quand demain  ? »   Exercices pratiques de confiance en soi, méditation, huiles essentielles, pierre de rhinocérite, croisière du bien-être... Jean-Louis Fournier a testé pour vous les thérapies en tout genre et la montagne de petits conseils qui peuvent tout changer pour être heureux. Ce qu'il livre est drôle, sensible et d'une grande justesse, et sa dérision nous libère de la tyrannie du bonheur.
      Il fallait bien que Jean-Louis Fournier s'amuse à retourner le concept, avec sa causticité habituelle, à en dézinguer tous les produits dérivés. Résultat  : le lire n'est que du bonheur. Pierre Vavasseur, Le Parisien.
      Jean-Louis Fournier nous fait rire de nous. Décapant.  Frédérique Préel, Version femina.

  • Conscience : Petit caillou dans la chaussure qui nous aide à marcher droit. Canapé : Accélérateur de carrière. Dormir : Celui qui peut dormir sur ses deux oreilles ferait bien de se faire opérer. Enterrement : Dernière sortie en boîte. Escargot : Limace qui a accédé à la propriété. Grammaire : Règles douloureuses. Homard : Crustacé décapode accusé de meurtre par une illettrée. Madeleine : Petit gâteau qui nous jette notre passé à la gueule.
    Proxénète : Plus Mac que PC. Sadique : Partenaire attachant. Travesti : Il flottante. Zèle : Pratique idiote qui consiste à travailler plus pour gagner pareil. Avec près de 500 définitions, citations, explications, Laurent Baffie revisite la langue française.

  • Potier cherche capote en glaise. Gode ceinture écoeuré par certaines pratiques cherche place de portemanteau dans chambre d'enfant. Chocolat noir désireux de s'intégrer cherche place dans boîte de chocolats blancs. Hardeur à la retraite cherche place de saucier dans grand restaurant. Peuple plongé dans l'obscurantisme cherche despote pour l'éclairer. Urgent ! Oedipe cherche une place pour le concert de NTM. Particulier vend canards sur le bon coin coin. Mécano cherche mec anal.Dans l'esprit de son dictionnaire, Laurent Baffie joue avec les mots comme personne et livre un hommage très personnel à Pierre Dac.

  • je regarde une vieille photo.
    j'étais pas mal, avant. pourquoi, chaque année, je me trouve de moins en moins bien ? peut-être parce que c'est l'hiver ? si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil. vous savez comment on s'aperçoit qu'on est vieux ? quand, même bronzé, on reste moche.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La Mère coupable, c'est cet individu qui peut dans le même temps râler et faire des bisous, crier  : «  Va dans ta chambre !  » et susurrer  : «  Viens faire un câlin à Maman  », qui hurle à mort quand l'ado fait couler l'eau trop longtemps, mais qui laisse la petite lumière allumée toute la nuit pour rassurer le petit dernier...
    La Mère coupable, c'est vous, cette maman pleine de paradoxes inexplicables, qui tente de mener sa vie comme elle l'entend pour tordre le cou à la mère parfaite.
    Ajoutez-y un soupçon de crise de la quarantaine, quelques kilos en trop, un mari aimant mais souvent absent, un ex-petit ami qui refait surface, et une chanson d'amour des années 1980 qui vient interrompre la bande-son du quotidien de cette mère de famille perdue dans sa routine.
        On a toutes en nous un peu de cette «  mère coupable  » que la blogueuse Caroline Fourment croque avec humour et tendresse.  Amélie Cordonnier, Femme actuelle.

  • Nombreux sont ceux qui prennent du poids sans avoir modifié leur comportement alimentaire ni leurs dépenses physiques. Et malgré régimes et sport, il est souvent difficile de perdre les kilos superflus. L'explication est à rechercher dans le champ de nos émotions, qui peuvent induire la prise de poids. Stéphane Clerget nous expose d'une part les mécanismes hormonaux et d'autre part les mécanismes psychologiques (pulsion orale, compensation, conditionnement...) qui sont à l'origine de cette prise de poids émotionnelle. Il nous explique comment se rééduquer soi-même afin de restaurer l'image que l'on a de son corps.

  • JE VAIS T'APPRENDRE LA POLITESSENe posez pas vos pieds sur les banquettes des trains, elles ne sont pas toujours propres, vous allez salir vos Nike.Peut-on dire "à vos souhaits" à quelqu'un qui a pété oeApprenez à respecter les autres, et pourquoi pas les aimer. Que faire quand on trouve un ver dans sa salade ? Et un crocodileoe Vous n'avez rien à donner, donnez votre place assise.Ne mettez pas votre baladeur trop fort pour en faire profiter les autres. Ils n'ont qu'à s'en acheter un. Et n'oubliez jamais qu'en tout lieu, en toutes circonstances, le fort doit la priorité au faible.Après Grammaire française et impertinente et Arithmétique appliquée et impertinente, voici un manuel de savoir-vivre pour les jeunes. Jean-Louis Fournier, décidement, ne vous lâche pas les baskets.

  • Nouvelle édition, enrichie d'illustrations de l'auteur.

    Jusqu'à présent, ma vie était hyper plan-plan. genre marmots, boulot, dodo, sauf que pour moi, le boulot ça se passe à la maison, scotchée à un clavier d'ordinateur. Ben oui, mon job, c'est écrivain (célèbre). Mais dernièrement, tout a basculé : un beau gosse dans la rue m'a appelée « madame » ; il m'a fallu une traduction simultanée pour comprendre ce que me disait une ado ; une vendeuse mielleuse m'a suggéré une crème anti-âge ; j'ai surpris des copines en train de trafiquer leur date de naissance. et là, d'un coup, j'ai réalisé que j'avais déjà trente-six ans. C'est-à-dire, techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. À votre avis, je fais quoi ? Je déprime ou je positive ?C'est absolument génial de chez génial ! Gérard Collard, Le Magazine de la santé, France 5.Agnès Abécassis est certainement un des seuls écrivains français dont l'humour peut rivaliser avec celui de ses consoeurs anglo-saxonnes. Prima.www.agnesabecassis.com

  • « À la seconde où j'écris ces lignes, six mille personnes sont en train de faire l'amour. Quand certains corps se séparent, d'autres se rencontrent, des gens se serrent, s'embrassent et se mélangent. Peut-être s'ennuient-ils, peut-être jouissent-ils. Peut-être se connaissent-ils depuis une heure ou depuis vingt ans.

    Ils ont entre quinze et quatre-vingt-dix ans, un peu plus ou un peu moins, ils sont amoureux ou pas vraiment. Mais l'un sur l'autre, l'un derrière l'autre, à deux ou à plusieurs, ils se confondent. » C. M.


    Né sur Instagram sous la plume de Caroline Michel (@carolinemichel.ovary) et illustré par Anne Boudart (@anneboudart),  Sex mille personnes  dessine quatre-vingts portraits de femmes d'aujourd'hui et autant d'instants de vie. Tendres, crues ou jubilatoires, réalistes ou poétiques, ces histoires sont un kaléidoscope de nos existences.

  • Qu'on se le dise : Joséphine a un amoureux ! C'est officiel, puisque même sa nièce est au courant. Elle plane sur un petit nuage, sans se douter de ce qui l'attend : ses amis célibataires la fuient comme la peste, sa mère se montre odieuse avec son fiancé, elle doit affronter sa nouvelle belle-famille... Seule sa garde rapprochée, Cyril, Rose, son chat Bradpitt, la soutient. Surtout, Joséphine découvre que l'amour ne guérit ni des doutes ("Et s'il savait que je crois aux astres ?") ni des complexes ("Qu'est-ce qu'il pense vraiment de mes fesses ?").
    Immature, gaffeuse et drôle, saura-t-elle rester fidèle à elle-même dans cette nouvelle vie ?

  • Elle s'appelle Joséphine. La trentaine, sans enfants, toujours à la recherche du prince charmant, elle accumule les histoires sans lendemain et se console en transformant les siège de sa manucure en divan de psychanalyste.

  • Raymond Devos Les 40es délirants Ceci n'est pas un roman. C'est un récit... rocam-bolesque. Le récit d'un voyage dans l'imaginaire, c'est-à-dire qui ne répond pas aux lois du réel. Pas d'horaires... ni d'avance ni de retard ! On part quand on veut. On ne revient pas à l'heure dite. Personne ne vous attend au pied de la grande horloge. Aucun décalage horaire. Aucun train ne vous siffle. L'esprit suit son chemin, vagabonde... sans carte ni boussole, ce qui n'empêche (n'exclut) ni les sentiments ni les drames... ni... d'en rire... si l'envie vous en prend.
    R. D.

    Avec sa faculté d'invention et d'émerveillement sans limites, Raymond Devos nous raconte l'équipée de Max dans un pays au-delà d'un désert imaginaire et de ses mirages. Nous y découvrons d'incroyables personnages prêts à s'embarquer sur une sorte d'arche de Noé, pour y retrouver le monde réel... le seul qui vaille, là où le ciel est le ciel, les étoiles des étoiles et les êtres des âmes, et pas ces virtuels qu'ils sont, paraît-il, devenus...
    Quel bonheur de voyager en sa compagnie !

  • L'été, le jardin de Monsieur Riche sent la rose, celui de Monsieur Pauvre sent la merguez et la sardine.
    A l'église, les riches sont devant, les pauvres derrière. A la guerre c'est le contraire.
    Quand Madame Riche a des flatulences, Madame Pauvre pète.
    Quand Monsieur Riche chasse le lion, Monsieur Pauvre chasse les mouches.
    Madame Pauvre (s'interroge : pourquoi on dit toujours pauvre con, jamais riche con oe)
    Dans cet ouvrage de sociologie légère, Jean-Louis Fournier, l'auteur de Grammaire française et impertinente, rappelle fort à propos qu'il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade.

  • Raymond Devos Sens-dessus dessous Dans les soixante-quinze sketches publiés dans ce livre alternent monologues, textes à deux ou plusieurs personnages. Ces sketches, Raymond Devos les anime généralement sur scène mais chacun est une remarquable réussite d'écriture. On peut lire les sketches de Devos et beaucoup rire, même sans le voir les jouer. Privilège réservé seulement aux plus grands auteurs comiques. Raymond Devos en fait partie et Sens-dessus dessous en apporte la preuve éclatante.

  • SATANE DIEUQuand Dieu eut fini le monde, il se recula pour l'observer. Et il dit : « Cela est bon. Peut-être trop bon pour eux... » Dieu loge maintenant avec saint Pierre au dernier étage d'une grande tour. Dieu s'ennuie. Les hommes s'amusent. Dieu est jaloux. « Vous avez réussi le paradis, il n'y a pas de raison que vous loupiez l'enfer », lui dit saint Pierre. Encouragé, Dieu invente dans la foulée: la famine qui décime, la culpabilité pour tout gâter, la rentabilité pour tout gâcher, TF1, la surpopulation jusqu'à saturation, les guerres de religion comme punition, après Mozart, Jean-Michel Jarre, et, pour se marrer pendant les fêtes de fin d'année, un bon raz de marée... Un essai de théologie légère, qui ose enfin regarder Dieu dans les yeux.

  • coluche ? le meilleur ! " l'intelligence, c'est pas sorcier, il suffit de penser à une connerie et de dire l'inverse.
    " " je suis pour l'amour à trois. parce que si y en a un qui s'endort, il reste toujours à qui parler. " " s'il y a des mecs qui ont du pognon et qui sont emmerdés parce que l'argent ne fait pas le bonheur, ils n'ont qu'à le dire : on trouvera toujours des pauvres assez cons pour le leur piquer. " " tout le monde n'a pas d'humour, hein ! y en a qui ont des képis ! " " je suis la manivelle des pauvres : je leur remonte le moral.
    " le meilleur de coluche !

  • Valérie Lemercier a rassemblé les textes de ses cinq one woman shows, qui furent tous de grands succès : au Splendid (1989-1990), au Théâtre de Paris (1995-1996), aux Folies Bergère (2000), au Palace (2008) et spécialement pour cette édition au Théâtre du Châtelet (2016).
    Une suite de saynètes et de sketches où l'humoriste révèle son incroyable talent d'auteur. Exercices de styles, portraits, monologues, situations, la comédienne caricature ses contemporains, les incarne, s'en inspire et aime en rire.
      Une cinglante et lumineuse leçon de théâtre. Libération.

    Ses personnages sont dessinés d'un trait extrêmement précis, incisif. Ils sont si drôles qu'on ne se rend compte qu'après coup de la charge qu'ils dégagent. Valérie Lemercier les réunit dans un bestiaire sans pitié. Le Monde.

    Sa galerie de drames pathétiques et de portraits acérés est une épure, une perfection humoristique. Paris Match

  • Jean-Louis Fournier Mouchons nos morveux Pourquoi les enfants pleurent oe Coeest la faute des parents.
    Pourquoi les enfants soeennuient oe Coeest la faute des parents.
    Pourquoi les enfants ont de mauvaises notes oe Coeest la faute des parents.
    Pourquoi les enfants ne réussissent pas dans la vie oe Coeest la faute des parents.
    Pourquoi il pleut oe Coeest encore la faute des parents.

    Les enfants ont toujours raison, parce quoeils sont les enfants.
    Les parents ont toujours tort, parce quoeils sont les parents.
    Assez.

    Parents, révoltons-nous, mouchons nos morveux !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Grâce à ce livre, vous serez enfin à l'aise en société et vous aurez l'air terriblement cultivé. Avec humour et pragmatisme, Benjamin Fabre présente 25 situations de la vie en société et explique comment s'en sortir avec panache, 11 fiches pour faire illusion en 2 minutes sur tous les sujets et des citations à recaser sans modération !

  • Coluche Pensées et anecdotes «Dieu a dit : il faut partager. Les riches auront la nourriture, les pauvres de l'appétit.» «Homme politique, c'est une profession où il est plus utile d'avoir des relations que des remords.» «Je suis capable du meilleur comme du pire, mais dans le pire, c'est moi le meilleur.» Prié d'indiquer son principal trait de caractère, Coluche répondit : «Je suis bavard.» De cet heureux défaut naquirent des sketches, des émissions de radio ou de télé, des interviews, et le plus formidable éclat de rire qui ait secoué les années 70-80.
    Clown, comédien, provocateur, candidat à la présidence de la République, fondateur des «Restos du coeur», Coluche a tour à tour séduit et agacé, choqué parfois. Sa truculence, sa totale liberté de parole, ses blagues belges, et enfin sa mort tragique en ont fait une des figures emblématiques de son époque...
    Ce livre, qui regroupe un grand nombre de ses meilleures trouvailles, permet de lui donner sa vraie place : celle d'un des plus étincelants humoristes français de la seconde moitié du xxe siècle, continuateur de Rabelais, d'Alphonse Allais, de Pierre Dac et de Francis Blanche.

    V

empty