Atelier Akatombo

  • Dans La Luciole, un dimanche de mai à Tokyo, le narrateur revoit par hasard la petite amie d'un de ses camarades d'université qui s'est suicidé. Ils entament une relation, mais la jeune fille décide de prendre une année sabbatique et de se réfugier dans une région montagneuse prés de Kyoto. Une décision qui plonge le narrateur dans la mélancolie.

    1984 se déroule à Londres dans un monde fracturé en trois blocs antagonistes après une succession de guerres nucléaires : Océania, Eurasia et Estasia (dont fait partie le Japon). Chacun est dirigé par un régime totalitaire. À Londres, au coeur d'Océania dominé par l'insaisissable dictateur Big Brother, sévit la Police de la pensée. C'est dans cet environnement oppressant que Winston entame une liaison avec Julia.

  • En cet été 1988, dans la préfecture d'Hiroshima, la chaleur est aussi accablante que la tension entre les gangs. Le commandant Ôkami, dont le patronyme sonne comme « le loup » en japonais, est un enquêteur flamboyant mais ingérable. Il apparaît en général au commissariat vers midi et certains de ses interrogatoires aux méthodes rudes ont lieu dans des bars. Quand le comptable d'une officine de prêt disparaît et qu'un apprenti-gangster est assassiné, la tension monte d'un cran dans le monde yakuza. Ôkami parviendra-t-il à rétablir le calme dans sa ville ? Quelle est le secret qui le lie à la belle Akiko, mama-san d'un bar-restaurant ouvert tard ? La violence est-elle le passage obligé pour la survie ? L'adjoint d'Ôkami, le jeune lieutenant Hioka, paiera le prix fort pour le savoir.

  • L'hiver n'est pas toujours serein à Tokyo. La lieutenante Reiko Himekawa est sur le qui-vive : Kobayashi, un yakuza débutant, a été retrouvé lardé de coups de couteau au moment même où une guerre de succession ravage l'Ishido, l'important gang auquel il était affilié. Au DPMT, le département de la police métropolitaine, le climat est tout aussi délétère. Les hommes de l'antigang veulent à tout prix récupérer l'affaire et évincer leurs confrères de la criminelle. Un appel anonyme, susceptible de ressusciter une ancienne bavure policière, vient corser le tout. Au DPMT, la peur d'un nouveau scandale agite les hautes sphères. Ses supérieurs ont beau intimer à la lieutenante Reiko Himekawa de renoncer à creuser cette piste compromettante, elle s'entête. « Vous savez bien qu'Himekawa est une louve solitaire connue pour zapper les réunions et brûler les étapes », résume froidement un homme de l'antigang. L'enquête interdite de Reiko prend un tournant décisif lorsqu'elle rencontre un séduisant agent immobilier. Rapidement, elle découvre qu'il est aussi yakuza. Contre toute attente, Reiko est troublée. Au risque d'y laisser, elle aussi, sa sérénité. Après Rouge est la nuit (Atelier Akatombo, 2019) et Cruel est le ciel (2020), Invisible est la pluie est le troisième volet des aventures de l'impétueuse et intuitive Reiko Himekawa, seule officière de la police tokyoïte. La série a connu un important succès au Japon avec plus de 5 millions d'exemplaires vendus. En 2013, Invisible est la pluie a été adapté au cinéma par Yuichi Sato. Roman traduit du japonais par Alice Hureau.

  • La sanglante guerre civile a pris fin, mais la haine entre Xemas et Hoas ne s'est pas éteinte. Un traitement médical révolutionnaire permettra-t-il de mettre un terme aux violences ? Deux adolescents orphelins survivent dans un Johannesburg ravagé et contemplent chaque soir les divas, des gynoïdes, se jeter du haut de leur tour jusqu'à ce que l'une d'entre elles les appelle à l'aide. Jay, fou amoureux de Rita, soutient que si celle-ci a un comportement étrange c'est parce qu'un « meurtrier du futur » lui a logé une balle dans le crâne. En Chine, où le pouvoir ne tolère aucune menace à l'unité du régime, un développeur de jeux vidéo et son équipe deviennent soudainement la cible de terrifiantes abeilles tueuses. Dans un monde où avatars, réalité augmentée et réalité virtuelle sont monnaie courante, une jeune scientifique rencontre la créatrice d'un programme informatique au contenu sadique, une femme d'une laideur exceptionnelle, dotée d'une mémoire absolue et d'un charme hypnotique. La Machine à indifférence de Project Itoh, Les Anges de Johannesburg de Yusuke Miyauchi, Bullet de Toh EnJoe, Battle loyale de Taiyo Fujii et La Fille en lambeaux de Hirotaka Tobi composent la première anthologie de science-fiction japonaise traduite en français. Sélectionnées par les deux meilleurs spécialistes français de la SF japonaise - Denis Taillandier, maître de conférence à l'université Ritsumeikan de Kyoto, et Tony Sanchez, traducteur de manga et chroniqueur chez ActuSF -, ces cinq nouvelles témoignent de la vivacité d'un genre qui mêle rigueur scientifique et créativité.

  • "J'ai trop de sang sur les mains. Je suis un chien enragé qui ne sait que mordre, et j'ai toujours eu les coudées franches" . Dans les pires moments, Shôgo Kanetaka doute de pouvoir retrouver son ancienne vie de policier. Afin d'infiltrer un important gang, il a dû changer de nom et de visage. Ses traits portent les stigmates de ces quatre années au coeur de la pègre. Son regard a pris la froideur acérée de celui qui a du sang sur les mains.
    Son dernier "travail" l'a obligé à pister un truand renégat sur l'île tropicale d'Okinawa et à l'éliminer. Mis à part son supérieur direct à l'Antigang, ses anciens collègues ignorent qu'il est passé de l'autre côté. Et pour cause, la méthode est totalement illégale. Si Kanetaka a appris une chose, c'est que les yakuzas sont rois en matière de collecte d'informations. Plus le temps passe et plus son identité risque d'être révélée.
    Confronté au plus puissant caïd de Tokyo réussira-t-il à mener sa mission à bien ? Publié au Japon en 2017, Les Chiens de l'enfer a été salué par la critique pour son approche novatrice du personnage du policier. Akio Fukamachi a écrit lui-même l'adaptation en manga. Influencé à ses débuts par James Ellroy, le romancier s'est nourri de films-cultes tels qu'Infernal Affairs de Lau et Mak ou Apocalypse Now de Coppola pour donner chair à son personnage meurtri et tiraillé entre deux mondes.

  • Tokyo, fin des années 50. Via un entremetteur, Teiko épouse Kenichi Uehara, son aîné de dix ans. Séduisant mais taciturne, il est employé d'une agence de publicité tokyoïte. Lors de son dernier déplacement à Kanazawa avant sa mutation dans la capitale, Kenichi disparaît. Teiko part sur ses traces. Elle rencontre l'épouse d'un riche industriel qui semble avoir un lien avec les Japonaises se prostituant jadis pour l'occupant américain. Elle découvre également que son mari a été policier. Venu la soutenir, le frère de Kenichi est empoisonné dans son hôtel par une inconnue. Teiko pressent un lien entre cette mort et la disparition de son mari. Pour découvrir la vérité, elle devra remonter jusqu'au « point zéro », cet instant de la vie de Kenichi qui a scellé son destin.

  • Hiroshima, 1990. Après avoir témoigné sur la mort tragique du commandant Ogami, le jeune policier Hioka est envoyé dans un commissariat de campagne. Trahi par un intervenant mystérieux, son ami yakuza Kunimitsu, surnommé le chien enragé, est arrêté. Hioka l'aide sans se douter qu'il doit affronter une guerre des gangs.

  • Tokyo, années 90. Le capitaine Samejima, alias le Requin de Shinjuku, détient des infos compromettantes sur sa hiérarchie. Résultat, il a presque autant d'ennemis parmi ses collègues que parmi les truands. Au point qu'il doit cacher sa liaison avec Shô, sa jeune maîtresse, afin de la protéger. Samejima est sur la piste de Kizu, un armurier clandestin fournisseur des yakuzas qui lui en veut à mort pour une arrestation précédente. Lorsque des gardiens de la paix sont abattus par un inconnu en plein coeur de la zone la plus chaude de Shinjuku, la police s'interroge sur l'arme utilisée. Samejima y voit la patte de Kizu. Pour autant, celui-ci n'est pas le tueur. Samejima décide de se lancer dans une chasse à l'homme quasi solitaire. Une quête dangereuse qui pourrait impacter sa vie personnelle.

  • Langue de vipère

    Ukami Ayano

    Deux soeurs, Kyôka et Seika, sont nées dans une famille rigoriste de joueurs de koto, une cithare traditionnelle.
    Elles doivent jouer à l'occasion de la fête du temple local. La veille, cependant, deux jeunes hommes décident de leur tendre un piège.
    Seika, jalouse de son aînée, s'offrira à l'un deux. Kyôka, attirée sous un faux prétexte par les deux jeunes gens, subira leurs supplices d'un érotisme troublant.
    Le jour de la célébration, l'estrade prendra feu et un employé du temple se précipitera pour sauver les deux soeurs. Il attrapera la main de Kyôka et ils pénétreront dans la forêt des vipères, où la véritable nature de la jeune fille se révélera.

  • Château rouge

    Junichi Watanabe

    Katsuhiko, talentueux chirurgien issu d'un milieu défavorisé, n'a guère de succès dans sa vie conjugale. Tsukiko, sa sublime, arrogante et riche épouse se refuse à lui. Fou de désir et à bout de patience, il la confie à un mystérieux groupe d'aristocrates parisiens sévissant au Château rouge, une forteresse isolée en bord de Loire. Contre rémunération, ces libertins vont imposer un « dressage » à la belle pour réveiller sa sensualité et faire d'elle une épouse rêvée.
    Katsuhiko sait que si sa machination est dévoilée, il perdra tout. Tandis que Tsukiko est initiée sous ses yeux à des plaisirs graduels dont il ne soupçonnait pas l'existence, il commence à questionner ses choix.

  • Celui que ses clients ne connaissent que sous le nom du « détective de Susukino » (le quartier des plaisirs de Sapporo) a son QG dans son bar préféré. Un jeune homme lui demande de retrouver Reiko, sa petite amie étudiante qui a disparu. Le détective découvre que l'affaire est liée au meurtre, dans un love hôtel, d'un ancien serveur de maison close et que Reiko a abandonné ses études et se prostitue. D'autre part, il apprend que Monroe, une autre prostituée de ses connaissances, tenait un carnet recensant ses clients.
    L'un d'eux a subi un chantage.

  • SerII

    Moriizumi Takehito

    Après une catastrophe, un jeune homme et l'androïde Série sont seuls dans un immense manoir rempli de livres. Elle lui fait la lecture, c'est leur seul refuge. Véritable déclaration d'amour à la littérature, Serii raconte comment les livres nous aident à vivre.

  • Quand je tourne mes films...offre un voyage lumineux et patient au coeur de l'imaginaire d'un grand cinéaste. Fort de son passé de romancier, Hirokazu Kore-eda nous raconte sa conception de son travail pour la première fois avec cette approche humble et nonspectaculaire qui le caractérise (le titre original de l'ouvrage en japonais est « Les choses auxquelles j'ai pensé en tournant mes films). N'aspirant qu'à devenir « une goutte dans la grande rivière du cinéma qui coule depuis plus de cent ans », l'artiste dissèque chacun des films qu'il a réalisés depuis ses débuts en 1995, y compris les plus récents, parmi lesquels Une affaire de famille, palme d'or à Cannes en 2018.
    Il s'agit d'une première traduction mondiale.

  • Cruel est le ciel

    Tetsuya Honda

    A Tokyo, l'hiver est très lumineux, pourtant Reiko Himekawa a le moral quelque peu en berne. La jeune lieutenante du DPMT (Département de la Police Métropolitaine de Tokyo) se remet à peine de la série d'homicides de l'été dernier, une terrifiante affaire dans laquelle l'un de ses hommes a perdu la vie. Une main sectionnée est retrouvée dans un mini-van abandonné près d'une rivière, dans un quartier excentré.
    Au même moment, la disparition de Kenichi Takaoka, patron d'une petite entreprise de charpente et de menuiserie, est signalée par son jeune employé. Celui-ci a trouvé le sol du garage de Takaoka couvert de sang. Quand il est confirmé que la main tranchée est celle de Takaoka, l'affaire est considérée comme un meurtre et Reiko et ses hommes reprennent du service. Quel est le lien entre le petit entrepreneur, dont le corps reste introuvable, et l'étrange suicide d'un ouvrier qui s'est jeté de l'échafaudage d'un immeuble tokyoïte en construction ? Les erreurs du passé se paient au prix fort, surtout dans ce monde de la construction en partie contrôlé par les yakuzas.
    Reiko va mettre toute l'énergie et l'intuition qui la caractérisent à le découvrir malgré les luttes de pouvoir qui font toujours rage au sein du DPMT. La jeune femme a une revanche à prendre. C'était sa perspicacité qui avait permis la résolution de l'affaire précédente (Rouge est la nuit, Atelier Akatombo, 2019), mais les circonstance et sa hiérarchie n'avaient pas permis qu'on lui en attribue le crédit.
    Cruel est le ciel est le deuxième volet de la série de huit romans mettant en scène Reiko Himekawa et son équipe masculine. Il a été publié pour la première fois au Japon en 2007.

  • Premier ouvrage d'une série écrite par Tetsuya Honda et qui a pour héroïne le lieutenant Reiko Himekawa, étoile montante de la brigade criminelle de Tokyo, policière sans peur qui résout les crimes les plus atroces, tout en dirigeant avec brio une équipe masculine.
    La série dépasse les quatre millions d'exemplaires vendus au Japon et le premier roman a été adapté au cinéma et trois fois à la télévision.
    Quand un corps enveloppé dans une bâche de plastique bleu et attaché avec de la corde est découvert dans les fourrés d'un parc, le lieutenant Reiko Himekawa et son équipe sont sur l'affaire.
    Le corps atrocement mutilé est le premier d'une longue série qui conduira Reiko dans les méandres du dark web et d'un site où le sang a la couleur des fraises mûres la nuit.

  • Suite à une bévue, Ai Kitazawa perd son travail, son mari et ses enfants. Sans ressources, elle ne peut que retourner vivre dans sa maison familiale, nichée dans une banlieue saumâtre. Elle y retrouve sa famille dysfonctionnelle. Takako, sa mère alcoolique, vient de poignarder Yasu, la grand-mère. Heureusement la blessure est sans gravité. Ai se tourne vers la gentille Miyako qui prend soin de son grand-père. Mais cette voisine ne cacherait-elle pas un secret ?

  • Quatre jeunes femmes sont liées par un drame. Lorsqu'elles étaient écolières, un prétendu ouvrier a violé puis tué l'une de leurs camarades. Sous le choc, elles n'ont pu le décrire, et la mère de la victime les a condamnées à « se repentir » ou à aider à retrouver le coupable. Quinze ans plus tard, celui-ci n'est toujours pas identifié, et les quatre survivantes se sentent poursuivies par la « malédiction » de la mère de la victime.
    Publié en 2009, Celles qui voulaient se souvenir a connu un très vif succès au Japon et a été adapté pour la télévision puis le cinéma par Kiyoshi Kurosawa. Traduit en anglais en 2017, il a été finaliste des Edgar Allan Poe Awards 2018.

  • Nuage orbital

    Taiyo Fujii

    En 2015, Jamshed, jeune scientifique iranien, mène des expériences avec des ballons atmosphériques et très peu de moyens. En 2020, la planète est focalisée sur le décollage du milliardaire Smark déterminé à déployer le premier hôtel spatial. A Tokyo, Kazumi, créateur d'un site pour fans de l'espace, remarque avant les militaires américains l'étrange trajectoire orbitale des débris d'une fusée iranienne. Sur les réseaux, la rumeur évoque une arme redoutable. Jamshed, devenu professeur, a découvert un moyen de propulsion révolutionnaire à base de longes tournant à grande vitesse. Ses travaux ont été repérés par la Corée du Nord. Les satellites mondiaux sont-ils menacés ? Smark reviendra-t-il vivant sur la Terre ? Une course contre la montre est engagée. Kazumi la gagnera-t-il ?

  • À la fin du 21ème siècle, Samantha dirige une entreprise qui développe un langage pour systèmes nerveux artificiels. L'objectif est de donner à un être virtuel, Wanna Be, la capacité d'écrire un roman. La tâche est ardue, notamment parce que certains mots recouvrent des concepts perçus de manière très différente d'un individu à un autre. Le mot « colère », par exemple. La question de savoir si une entité artificielle pourra comprendre et exprimer finement nos émotions reste entière.
    Quand Samantha apprend qu'elle est atteinte par une maladie incurable, elle décide de consacrer à son travail les quelques mois qui lui restent à vivre. Peu à peu, Wanna Be se met à lui raconter une histoire...

  • Sawasaki est détective pour l'agence Watanabe. Son employeur s'est volatilisé avec une importante somme d'argent appartenant à des yakuzas.
    Suite à un coup de fil anonyme, Sawasaki apprend qu'une fillette, violoniste prodige, a été enlevée et que les kidnappeurs l'ont désigné pour apporter la rançon. Le père de la victime lui confie une mallette contenant six millions de yens. Sawasaki, contacté par le ravisseur, attend ce dernier dans un restaurant. Il est agressé. Deux motards inconnus s'enfuient avec la mallette. Le kidnappeur annonce la rupture des négociations. Sawasaki se lance alors à corps perdu dans une enquête, déterminé à trouver le ou les coupables.

  • Le plus célèbre des photographes japonais contemporains raconte sa conception de son art dans cette série d'entretiens. Si plusieurs de ses livres de photos ont été publiés hors du Japon, Leçon de photo intégrale est la première publication mondiale d'un texte théorique de Nobuyoshi Araki.
    L'ouvrage comporte plus de 300 photographies couvrant l'intégralité de sa carrière et commentées une à une par l'artiste, ce qui en fait un livre sans équivalent s'adressant à la fois aux étudiants et aux professionnels ainsi qu'à tous les amoureux de la photographie et ceux qui la pratiquent.
    Selon l'expression consacrée, « certaines photos peuvent heurter un jeune public ou un public non averti».

  • Sisyphéen Nouv.

    Sisyphéen

    Torishima Dempow

    L'ingénierie génétique a rendu les humains méconnaissables, mais dans ce monde futur, une journée de travail évoque toujours le supplice de Sisyphe. Dempow Torishima s'est inspiré de la souffrance au travail contemporaine pour imaginer les quatre mondes décrits dans Sisyphéen. Quatre novellas s'enchaînent ainsi pour constituer un roman mosaïque.
    Le lien est une mystérieuse menace qui perturbe une civilisation spatiale : les nano-poussières. À travers cet ovni qui est une véritable prouesse littéraire, Torishima propose une réflexion sur la notion même d'humanité.

  • La team batista Nouv.

empty