Heros Limite

  • Ni nouvelles ni essai ni récits ni poèmes, encore moins romans ou pièces de théâtre, ses textes convoquent toutes ces formes pour les réarranger dans ce qu'elle appelle son mobilier littéraire. Il en résulte des oeuvres que leur sophistication polymorphe rend inclassables et dans lesquelles l'auteure interroge parfois avec humour parfois avec brutalité le statut d'une écriture au féminin, de ses enjeux et de sa spécificité. Avec un apparent détachement - non sans référence à la musique d'ameublement d'Éric Satie - Cléa Chopard s'attache à mettre en oeuvre une pensée de l'instabilité et du trouble en se basant sur des sources diverses qui vont de l'histoire de la décoration à la critique littéraire féministe, en passant par des problèmes de traduction, la littérature féminine anglo-saxonne, l'histoire des maladies mentales et de la botanique. Ce n'est donc pas un récit qui prend forme mais un espace habitable qui est configuré avec son mobilier littéraire. A ce dispositif s'ajoute le fait que tout élément de mobilier littéraire, comme son nom l'indique, est destiné à être déplacé. Cléa Chopard ne se prive pas de le faire, puisque son écriture n'est jamais vraiment séparée d'une pratique de la performance qu'elle nourrit et suscite régulièrement.

empty