Sciences humaines & sociales

  • Repenser l'aide alimentaire, avec les épiceries Solidaires Évoquer en France l'aide alimentaire renvoie directement à l'image d'un comique trop tôt disparu et à l'association qu'il a créée. C'est oublier un peu vite qu'il y a différents types d'aides alimentaires et beaucoup d'acteurs impliqués défendant des concepts aussi variés que complémentaires. À l'A.N.D.E.S., le réseau constitué de 280 épiceries solidaires, le bénéficiaire est un client qui choisit ses produits et participe financièrement à ses achats. Combattre l'assistanat est donc au cour de la démarche de Guillaume Bapst, le fondateur et directeur du réseau, et de ses équipes. Une première bataille qui en a appelé d'autres : la lutte contre le gaspillage et l'amélioration de l'alimentation des personnes précaires. Ce livre retrace l'histoire de cette association et de son développement en donnant la parole à ses salariés, bénéficiaires, bénévoles, partenaires. mais aussi à des experts de l'aide alimentaire. Une question aux confluents de plusieurs problématiques, sociales, sanitaires et environnementales.



    Anne Dhoquois est auteur et journaliste indépendante. Ancienne rédactrice en chef des sites Internet « Place publique » et « Banlieues Créatives », collaboratrice aux éditions Autrement depuis 2006 et à différents magazines en tant que pigiste, elle a écrit de nombreux livres sur les thèmes de la banlieue, de la vie associative, de l'emploi.

  • Nous nous focalisons trop souvent sur ce qui va mal, ce qui stagne et s'embrase à travers le monde. Notre mémoire compile les crises (financière, économique, sociale.) et sait dresser la triste liste des zones troublées du globe : Darfour, Colombie, Palestine, Irak, Afghanistan. sans oublier les quartiers en déshérence plus près de chez nous. Pire, notre attention semble être happée par la dénonciation, les scandales, le spectaculaire et le divertissement.
    Alors que dans ces mêmes zones grises, qu'au coeur de ces mêmes crises, des hommes et des femmes agissent, avancent, retissent des liens et de la confiance, éduquent, créent des activités économiques et font progresser des actions de réconciliation. C'est de ces mises en mouvement que nous voulons parler.
    /> Ces mêmes acteurs de réconciliation ont rarement la parole. Pour les plus discrets, ceux dont l'action est la plus locale, devenir visibles est souvent hors de portée. Quant aux grandes ONG, elles parlent rarement des processus qu'elles mettent en place dans leurs zones d'intervention - privilégiant la dénonciation des pouvoirs publics locaux et le sort des victimes. C'est ce changement de regard que nous aimerions opérer.

  • Quand on arrive à Bondy, on cherche les cités, leurs tours délabrées.
    Il y en a. Et aussi des meulières pimpantes, des loggias en bois flambant neuves et des immeubles d'architectes. On cherche l'autoroute, le bruit et les pots d'échappement. Ils sont là. Et aussi des ruelles paisibles, des squares où résonnent les rires des enfants et un canal. On cherche des parents au chômage, des jeunes désoeuvrés sur des bancs. Il y en a. Et aussi la maîtrise de Radio France, une prépa Sciences po et un hôtel d'entreprises.
    Engagée dans une mue sans précédent, issue d'un projet ambitieux de rénovation urbaine, Bondy ne veut pas d'une peau nouvelle, superficielle et clinquante. Elle cherche à se transformer en profondeur, alliant réhabilitations, constructions et refonte du centre-ville. Surtout, Bondy place l'excellence éducative et te développement économique au coeur du projet. En un mot : l'humain. Ce livre donne la parole aux Bondynois, témoins et acteurs du changement.
    Des habitants relogés aux Bondy-blogueurs, des artistes aux associatifs, tous disent leur attachement et leur envie de voir les regards changer sur eux, sur leurs lieux de vie. A Bondy, on cherche une banlieue. On découvre un village.

  • Ils sont âgés de 19 à 28 ans, habitent aux quatre coins de la France et font valoir des niveaux de qualification très disparates.
    Mais ils ont un point commun : vivre leur première expérience professionnelle significative, dans une entreprise, une association ou au sein du secteur public. Et ce moment charnière de leur vie, rendu particulièrement difficile en temps de crise, ils le racontent avec leurs mots à travers 24 récits concrets et incarnés, des premières étapes de leur orientation à l'immersion dans le monde du travail.
    Rapport à l'autorité, aux collègues, compréhension des codes, mode d'intégration, découverte de soi en tant que salarié..., tous évoquent leurs premiers pas avec sensibilité, partageant leurs doutes, leurs joies ou leur colère. Et pour tirer quelques idées force de cette parole brute, mais aussi étendre notre champ de réflexion, des experts commentent chaque chapitre et une enseignante/chercheuse conclut l'ensemble.
    Un ensemble agrémenté de créations graphiques, réalisées par les jeunes eux-mêmes, et par un travail photographique sur leurs lieux de travail ou ce qui le symbolisait le mieux. Un livre, au final, qui rend possible une immersion inédite, comme une caméra embarquée, dans la tête de cette "génération Y" qui fait couler beaucoup d'encre... Ici, la parole leur est donnée. Écoutons-la.

  • Un environnement délabré, une misère sociale grandissante, des mélanges de populations
    complexes et souvent tendus... la banlieue, c'est tout ça à la fois. Mais au-delà des événements qui
    ont fait la une des médias, la banlieue est aussi un lieu propice à l'innovation sociale, à la créativité
    des animateurs et autres porteurs de projets qui s'engagent dans la vie de leur cité. Banlieues
    créatives recueille 150 monographies d'actions me nées dans les quartiers aux retombées sociales
    importantes. Qui un journal rédigé par les habitants de la cité valorisant leur lieu de vie. Qui des
    activités de théâtre forum permettant à chacun d'exprimer ses frustrations et d'en débattre. Qui
    une action de sensibilisation pour lutter contre les mariages forcés.
    Outil de travail et source d'informations, pour ceux qui vivent ces quartiers, comme pour ceux qui
    veulent changer leur regard sur cet "ailleurs" si proche... D'autant plus nécessaire que les émeutes
    ont mis au grand jour une violence et une souffrance que des centaines d'acteurs, de bénévoles,
    animateurs etc. peuvent contribuer à apaiser.

  • Ce Mook, qui s'adresse à un large public, s'attache à explorer le cancer sous ses multiples facettes. Des reportages, portraits, interviews, enquêtes. nous permettent d'aborder des questions aussi diverses que le soutien psychologique, la relation entre patients et médecins, le rapport au corps, la prise en charge de l'entourage, le maintien et le retour à l'emploi, le financement de la recherche, l'évolution sur plusieurs décennies de la communication sur le cancer (via notamment les coming out de « stars »).
    Chaque article est l'occasion à la fois d'informer le lecteur sur ces sujets, de lui donner accès à des analyses de spécialistes rendues intelligibles pour le plus grand nombre mais aussi de privilégier une approche sensitive.
    Avec l'aide de la Ligue nationale contre le cancer, le Mook réunit dans ce volume les différents acteurs (médecins, chercheurs, bénévoles, malades, etc.) qui luttent contre la maladie et sa propagation et parmi eux des personnalités tels que Axel Kahn, Eric- Emmanuel Schmitt, Valérie Bègue, Vanessa Demouy.

  • Le Mook raconte le changement, ses lieux, ses acteurs et leurs démarches, avec une vaste panoplie d'écritures et d'images.
    Il propose des focalisations originales, parfois inattendues, toujours révélatrices. Cette diversité autant narrative que graphique, veut susciter chez le lecteur plaisir de lire, de découvrir, d'inventer. Tout un chacun est aujourd'hui sensible à l'ambiance de son habitation. Mais l'ambiance, c'est quoi ?' Au-delà du style, au-delà de la décoration, ce qui contribue à incarner notre lieu de vie est en réalité assez immatériel et a pour noms lumière, son, air, odeur...
    Faire entrer le soleil, se protéger du bruit extérieur, parfumer son salon... sont devenus des gestes quotidiens qui nous aident à domestiquer l'espace pour s'y sentir bien. Des gestes dictés par nos personnalités, par l'époque, par la composition de nos familles et les compromis qui l'accompagnent, par notre milieu social, voire par notre sexe... Architectes, acousticiens, tendanceurs, mais aussi médecins ou sociologues...
    Sans oublier des habitants eux-mêmes explorent pour nous ce qui met les sens à l'honneur dans nos maisons et contribuent à créer un lieu unique en son genre. Du choix des couleurs qui ornent nos murs à celui des matières, de l'innovation technologique qui révolutionne la notion de confort à l'influence de la télévision sur nos intérieurs, et bien d'autres sujets encore, ce Mook décrypte ce que nous ressentons tous les jours sans jamais l'avoir formulé...

  • Militants.
    Ce mot semble venu d'un autre temps, celui des idéologies fortes et des combats politiques musclés. Il est pourtant toujours aussi important pour notre démocratie. La jeune génération l'a bien compris, elle qui s'invite dans le débat public en réinventant de nouveaux modes d'engagement, quitte à bousculer certains clichés. Et c'est bien l'une des richesses de ce livre que de présenter des hommes et des femmes de tout âge, issus de régions et de milieux différents, dont les idées sont parfois diamétralement opposées, mais qui défendent chacun à leur manière leurs opinions.
    La journaliste Anne Dhoquois a interviewé vingt-deux militants de partis politiques, de syndicats et d'associations, qui racontent leur engagement, leur mode d'action, leurs motivations et leurs doutes. Que signifie pour eux le fait de militer ? De quelle culture politique se revendiquent-ils ? Comment s'inscrivent-ils dans la campagne présidentielle ? Quelle place ont-ils dans leur organisation ? Loin des plateaux télévisés et des combats des chefs, ces militants de base font enfin entendre leur voix à travers des propos, porteurs de changement et de réflexion sur la société, décryptés par le politologue Henri Rey.
    Deuxième opus de la collection "Paroles libres", ce livre a pour ambition de porter un autre regard sur le débat politique en faisant dialoguer celles et ceux qui lui donnent vie sur le terrain.

  • Laboratoire de l'économie de demain, l'entrepreneuriat social séduit de plus en plus les jeunes générations. Mais sait-on vraiment ce qu'est une entreprise sociale ? Faut-il suivre une formation spécifique pour se lancer ? Quels sont les parcours et les activités de ceux qui tentent leur chance ? C'est à toutes ces questions que ce livre tente de répondre, en s'appuyant sur la réalité de terrain et l'expérience accumulée depuis plus de dix ans au sein de la chaire Entrepreneuriat social de l'ESSEC. Des témoignages qui ne doivent pas occulter le débat de fond qui traverse les acteurs et les observateurs du secteur : de quelles transformations l'entrepreneuriat social est-il le vecteur ? Et a-t-il vocation à révolutionner le modèle économique dominant ?

    Témoignages, conseils, analyses d'experts, d'enseignants, de chercheurs et d'entrepreneurs sociaux jalonnent ce livre, permettant de mieux saisir les contours de cette démarche et les interrogations qu'elle suscite.

  • Jeunes de banlieue.
    Ces mots associés génèrent aussitôt une représentation dans l'imaginaire collectif : celle d'un adolescent issu de l'immigration, portant capuche et baskets, en rupture avec la société. Ce livre propose d'aller au-delà du cliché médiatique. Car derrière le vocable "jeunes de banlieue", il y a des filles et des garçons issus de toutes sortes de milieux, des banlieues franciliennes ou provinciales, aisées, pavillonnaires ou sensibles.
    La journaliste Anne Dhoquois est allée à la rencontre de vingt jeunes, âgés de 15 à 24 ans. Comment voient-ils leur avenir ? Quels sont leurs modèles ? A quoi rêvent-ils ? Quels sont leurs engagements politiques et associatifs ? Quels sont leurs rapports à la famille, à l'argent, à la religion ? Leurs réponses sont autant de Paroles libres qui permettent à ces "invisibles" de faire entendre leur voix.
    Lucides, courageux, porteurs d'espoirs ou touchants, leurs propos sont décryptés par le sociologue Ahmed Boubeker. Premier opus d'une nouvelle collection, ce livre a pour ambition d'ouvrir le dialogue et de créer des passerelles entre des mondes.

  • Défense du climat ou lutte contre les inégalités, les jeunes font aujourd'hui preuve d'une farouche volonté de s'engager pour faire évoluer notre société. Le Service Civique les accompagne dans cette envie d'être utiles en leur ouvrant de nombreuses missions auprès de structures à but non lucratif.
    À l'occasion des 10 ans de cette politique publique innovante, la journaliste Anne Dhoquois dresse dans cet ouvrage un panorama de l'engagement des jeunes, mis en perspective par la philosophe Marie Robert et nourri d'entretiens avec des personnalités d'horizons divers.
    Se dessine ainsi, à travers les témoignages de nombreux volontaires, bénéficiaires, tuteurs et décideurs publics, le portrait d'une génération engagée, généreuse et citoyenne.

  • 14 reportages au coeur de centres sociaux à travers toute la France pour comprendre ce que signifie concrètement le pouvoir d'agir et s'inspirer de son pouvoir de métamorphose.
    Troisième titre de la collection « Pouvoir d'agir », cet ouvrage est à nouveau construit sur la base de clichés à déconstruire. Avec 14 reportages, éclairés chacun par une autre initiative similaire, les idées reçues - « Jardiner, bricoler ça ne change pas un quartier », « Ça ne sert à rien de se battre, les David ne gagnent jamais contre les Goliath », « L'avis des habitants n'est jamais pris en compte » - sont une à une contrecarrées par les récits d'initiatives qui ont réellement transformé des quartiers, des villes, des personnes. À l'image de l'aventure de Vincent Divoux, directeur de l'Association des centres socioculturels des 3 Cités à Poitiers (86), et Fernande Cormier, 86 ans, représentante des habitants du quartier, qui ont réussi, après dix années de lutte (notamment contre la mairie) à créer un centre de santé en plein désert médical urbain. Ou la métamorphose capillaire de Cindy Lionnard qui, en prenant la tête d'une batucada à Saintes (17) a pris confiance en elle à 33 ans et a tout à coup les cheveux qui ont frisé...
    Ce livre montre ainsi qu'en plus d'être des espaces où l'on trouve des services et des activités le plus souvent coconstruits avec les habitants, les centres sociaux (2 000 sur l'ensemble du territoire, à la ville comme à la campagne, et tout particulièrement en zone urbaine sensible) se sont lancés depuis 2013 dans une dynamique visant à renforcer le pouvoir d'agir des habitants. Ils accompagnent les envies d'agir des populations pour améliorer leur quotidien, à l'échelle du quartier, de la ville ou d'un territoire rural, de la phase de formulation du projet jusqu'à la négociation avec les pouvoirs publics. À ce titre ils ont un rôle d'expertise (projets et méthodes ayant fait leurs preuves) pour faire vivre de véritables « aventures » collectives, comme autant de pratiques inspirantes.

  • La démocratie participative se présente, pour des institutions politiques en crise de légitimité et d'efficacité, comme une baguette magique. Mais entre baguette magique et exercice convenu, elle n'a pas encore trouvé le fin mot du dialogue qu'elle cherche. Tout le monde s'y met pourtant : entreprises, associations, villes, partis politiques, de droite comme de gauche. On invente à n'en plus finir des conseils de quartier, des débats citoyens, des comités d'usagers, des concertations publiques, etc. La baguette magique semble d'ailleurs fort convoitée puisqu'on la retrouve dans les mains des consommateurs, des actionnaires, des prisonniers, des malades du cancer, des collégiens : l'idée de démocratie participative analysée dans cet ouvrage fait éclater les limites du politique. Elle puise son inspiration dans les révolutions dont la France s'enorgueillit, mais n'hésite pas à solliciter l'expertise de professionnels du débat, de la concertation, de la négociation. Il en résulte un foisonnement d'expériences dont ce livre en présente brillamment une centaine, repérées en France, au Brésil, au Mali ou ailleurs, dans des quartiers, des hôpitaux, des écoles, des entreprises, des collectivités territoriales. Les échelles, les objets, les acteurs et les ambitions y varient comme varient aussi les résultats. Mais loin, très loin des débats politiciens sur un sujet à la mode,
    ces actions relevant de la démocratie participative ou s'en approchant ont avant tout pour objet de stimuler l'imagination d'élus et de citoyens et, pourquoi pas, de contribuer à en engendrer d'autres.

empty