Vanessa Postec

  • Les femmes et le goût : si l'histoire de ces deux-là est vieille comme le monde, les liens qui les unissent fluctuent avec les époques, les circonstances... et selon que les hommes font, ou non, preuve de bonne volonté !
    Voici donc un panorama de la cuisine au féminin, qu'elle soit familiale ou professionnelle, au fil du XXe siècle. Epopée des « Mères », cuisine de la débrouille en temps de guerre, parcours semé d'embûches des femmes chefs, nouvelles répartitions des tâches au tournant du millénaire, évolution de la femme nourricière à sa petite-fille libérée, de la ménagère à la « cheffe » étoilée : pour toutes ces thématiques, et d'autres encore, Vanessa Postec éclaire le chemin parcouru... et celui restant à parcourir !

  • Après Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, Ambrose Bierce et son Dictionnaire du Diable, voici Le glossaire des princesses, ouvrage hautement subversif, où le mauvais esprit le dispute volontiers à l'érudition.
    Historiques, réelles ou imaginaires, animées ou « paparazzées », les princesses, qui représentaient - avant Simone de Beauvoir - peu ou prou la moitié de l'humanité, sont ici étudiées avec le sérieux d'un entomologiste ivre : de A comme « anus » à Z comme Zahia, en passant par le « S » de Sarkozy et ses rapports tendus à la princesse de Clèves.

  • « J'y suis, j'y reste. Je suis devenue une adulte rebelle, une combattante de toutes les paresses, une grande prêtresse de la contemplation ininterrompue le jour où je suis parvenue, enfin, à l'installer.
    Je voudrais vous y voir, vous (enfin dans le vôtre). Le mode d'emploi du transat exige un long apprentissage.
    Le mien était jaune poussin de Pâques ; il est désormais jaune paille de fin d'été. Une saison, puis une autre, et quelques années encore sont passées :
    Les élastiques qui assuraient sa stabilité ont rendu l'âme, remplacés par des sandows tricolores. Son appuie-tête s'est tassé, creusé en son centre sous le poids des idées. Son avenir est précaire ; sa beauté fanée. Ses ressorts grincent, ses boulons flageolent. Et pourtant, un nouveau printemps est arrivé... Mais pourquoi donc les linguistes, les historiens, les économistes et autres chercheurs en sciences humaines, dures et molles tout à trac, n'ont-ils pas jugé utile de se pencher sur son cas si complexe et mystérieux ? Pourquoi diable Roland Barthes n'a t-il pas jugé bon de mettre le transat au rang des mythologies modernes ?
    Il est vraiment temps de réhabiliter le transat et sa philosophie paresseuse pour éclairer ce monde de brutes. Venceremos ! » Vanessa Postec fait ici l'éloge, avec drôlerie et finesse, de la plus belle monture de la slow philosophie.

  • Albane Laroche est engagée par la société Ethic Café avec mission de réaliser de nouveaux assemblages pour une clientèle exigeante. Tout se passe idéalement jusqu'à ce dîner avec un contremaître colombien trop entreprenant... De son côté, son patron renie ses engagements pour le commerce équitable en manipulant en secret la bourse dans le but d'obtenir de meilleurs prix de ses fournisseurs.

  • Albane arrive au Brésil dans la plantation d'Estrella. Alors que la plantation se remet à peine d'un incendie criminel, plusieurs Jacus, oiseaux essentiels à la production de leur grand cru, ont été empoisonnés. Qui pourrait leur en vouloir à ce point ? Un producteur concurrent ? L'entreprise de déforestation à laquelle Estrella s'oppose avec vigueur ? Albane fera tout pour l'aider à le découvrir...

empty