Roger Albert

  • Nos paysans

    Roger Albert

    • Metive
    • 18 Novembre 2020

    Autrefois être paysan était considéré comme un état. Personnage rustre et grossier dont l'horizon se limitait à son clocher et aux limites de ses champs. Individu taillable et corvéable à merci par le propriétaire de la ferme ou de la métairie. Qu'est-ce qui a changé ? Le paysan d'autre fois est devenu un entrepreneur hautement qualifié, celui qui a chaussé des bottes de sept lieues pour rattraper le progrès.
    Ce qu'a l'ait l'agriculture française en 50 ans est proprement prodigieux. Mais les agriculteurs sont toujours exploités. Eternels perdants des systèmes économiques, ils sont assommés de normes, noyés dans la paperasserie, suspectés par les médias d'être des pollueurs et des empoisonneurs. Pourtant, nos paysans se battent, imaginent, esquissent de nouveaux horizons à leur métier, s'échinent à produire une nourriture de qualité.
    Ceux que j'ai rencontrés aiment leur travail, ils mettent toute leur volonté et leur savoir-faire qui est immense à bâtir un avenir à une profession dont on aura toujours besoin. Ils représentent une immense espérance pour le pays et le monde.

  • Les histoires d'amour entre soldat français et citoyens allemands sont peu traité. À travers ce récit, Roger Albert conte les conséquences qui résulte d'un tel amour. L'armistice vient d'être signé le 22 juin à Rethondes entre les représentants du gouvernement du Maréchal Pétain et ceux du IIIe Reich vainqueur. Léandre Clergeaud pensait pouvoir rentrer chez lui en Vendée. Mais il est contraint de reprendre le train cette fois en direction de l'Allemagne. Sa haine pour les allemands est plus forte que jamais, jusqu'au jour où il rencontre Herta.

  • Mai 1961 : Marcel Clergeaud jeune médecin aux idéaux communistes est envoyé en Algérie. Là-bas, il se lie d'amitié avec Étienne Guillotton, un confrère vendéen appelé sous les drapeaux.
    Lors d'une escouade, Marcel sauve la vie d'Étienne en tuant deux hommes. Cet événement les marque à jamais mais à la fin de la guerre, ils se séparent en mauvais termes, Étienne rentre en Vendée et Marcel se marie avec une algérienne.
    Cinquante ans après, Étienne décide de reprendre contact avec celui qui lui a sauvé la vie afin de se réconcilier avec lui.
    Roger Albert analyse à travers la fiction les comportements des différents hommes et femmes durant la Guerre d'Algérie : civils, militaires, harkis, pieds-noirs, .
    Il apporte un nouvel éclairage sur cette guerre tragique et complexe et nourrit son témoignage de nombreux faits réels.

  • Vent de galerne

    Roger Albert

    • Geste
    • 6 Mars 2008

    L'amour est un mystère... Plus encore quand l'objet de cet amour est un ennemi...
    Roger Albert dresse ici les portraits de plusieurs personnages ayant vécu à deux époques marquantes de l'histoire de France. Leur destin singulier les forcera à des choix cornéliens.
    1685 : en pleine révocation de l'édit de Nantes, le massacre de fidèles protestants perpétré un siècle auparavant resurgit brutalement pour opposer deux amants, l'un papiste l'autre protestante.
    Un siècle plus tard... 1793, c'est toujours en Vendée que va se jouer l'une des scènes les plus violentes de l'histoire de France : la guerre civile oppose à nouveaux deux êtres.
    Mêlant aventures, Histoire et amour, Roger Albert nous invite à découvrir la Vendée d'une manière singulière et originale.

  • Le récit d'histoires vraies sur le quotidien des Vendéens du XXème siècle.

    Dans ce livre Roger Albert regroupe les témoignages de personnes ayant vécu en Vendée depuis les années 1910.
    Ces récits reviennent sur le quotidien des habitants de La Tardière et de ses alentours. Les anecdotes incroyables d'une génération marquée par les évolutions techniques : le travail en laiterie, la corvée du puits, la lampe à carbure, l'alimentation, les appelés en Algérie...
    Ce « rendez-vous de la mémoire » comme réponse à la recherche d'identité de notre société actuelle, permet de préserver un patrimoine trop vite oublié.

  • Quel avenir pour l'agriculture française?? Les paysans le savent-ils eux-mêmes?? Éternels perdants des systèmes économiques, ils sont assommés de normes, noyés dans la paperasserie, suspectés par les médias d'être des pollueurs et des empoisonneurs. Pourtant, à l'instar des générations de Pasquier qui se sont succédé depuis plus d'un siècle sur la ferme des Grandes Guillères, les paysans se battent, imaginent, esquissent de nouveaux horizons à leur métier, s'échinent à produire une nourriture de qualité. Ceux que j'ai rencontrés aiment leur travail, ils mettent toute leur volonté et leur savoir-faire qui est immense à bâtir un avenir à une profession dont on aura toujours besoin. En deux mots, les agriculteurs luttent pour vivre et nous faire vivre. Défendons-les...

  • Les soldats d'Algérie ont mené un combat de l'inutile.
    Comment pouvaient-ils le savoir ? Les hommes politiques de l'époque qui les avaient envoyés là-bas, le savaient-ils eux-mêmes ? Roger Albert a servi pendant quinze mois en Algérie, jusqu'à la Toussaint 1958.
    Jour après jour, il a consigné ses observations, ses impressions...
    De retour en France avec une tendance plutôt "Algérie française", Roger Albert ressent profondément l'éloignement du "bled".
    Les événements et l'engagement politiques, ainsi que la venue des enfants, vont nuancer sa position.
    Quarante ans plus tard, il ressort son journal de bord. Ses souvenirs affluent, les images... Roger Albert revoit son Algérie, celle qu'il a vécue. Ce n'est pas tout à fait la même que celle dont parlent les journaux aujourd'hui.
    Il nous livre ici son témoignage, honnête et sincère, et nous fait partager ses sentiments et qui sait ? peut-être aussi quelques ressentiments.

  • j'apprends à lire avec les images - des premières histoires pour apprendre à lire en s'amusant ! des mots illustrés par des petites images facilitent l'apprentissage de la lecture.
    ce soir, le petit roi minuscule quitte son château de cartes et part pour un grand voyage ! zou ! en route vers les étoiles...

  • Le 24 juin 1948, Roger Martin du Gard avait écrit à André Gide : «Camus [...] est celui de sa génération qui donne le plus grand espoir. Celui qu'on peut ensemble admirer et aimer.» Dix ans plus tard, à la mort du romancier des Thibault, Camus note sobrement dans son Cahier : «On pouvait l'aimer, le respecter. Chagrin.» En Martin du Gard, Camus apprécie l'expérience d'un généreux aîné apte à conseiller, à comprendre sans condamner. Camus illumine les dernières années du vieil homme si prompt à douter de lui-même. Par sa révolte lucide et la riche variété de sa palette, il prouve à Martin du Gard que l'on peut s'inscrire sans en rougir dans la lignée d'un humanisme dont Jean Barois et Les Thibault furent naguère tributaires.

  • Cent ans après le déclenchement de la première guerre mondiale, l'extraordinaire hécatombe en vies humaines, l'abnégation des poilus peuvent-elles être comprises des jeunes générations ? En 2014, la notion de sacrifice dérange nombre d'individus qui méprisent tout ce qui vient perturber leur confort...
    Dans ce beau-livre illustré de près de 200 documents, Roger Albert et Louis Renaud donnent la parole aux poilus vendéens eux-même pour raconter la « Grande Guerre » à travers leurs cartes, lettres, journaux personnels mais aussi les bulletins paroissiaux, les registres de délibérations des conseils municipaux et les archives diverses, officielles ou non.

  • Cet ouvrage est entièrement consacré à la subjectivité de la personne handicapée. Que peut dire la personne handicapée de son expérience singulière, en partant de l'hypothèse que toute personne humaine, aussi démunie soit-elle, a quelque chose à dire de sa position subjective ?
    Encore faut-il l'entendre Peu de publications font place à cette dimension qui implique d'interroger les places respectives du Soi et de l'Autre. Car la question de la subjectivité engage celle de l'identification. Comment s'identifier à une personne qui paraît si différente ?
    Si loin de notre expérience quotidienne et de nos certitudes perceptives, de nos éprouvés corporels ? Bref de nos présupposés inquestionnés ? Qu'avons-nous en commun ? Malgré les conséquences invalidantes et l'impact de la réalité traumatique et traumatisante, les personnes atteintes d'un handicap ont quelque chose à dire et nous avons quelque chose à entendre.

  • Cet ouvrage cherche à faire le point sur l'ensemble des assassinats politiques les plus connus, et qui ont donné lieu à des procès truqués. Son auteur est le premier à ouvrir des brèches dans le système de défense des politiques. Les conclusions de la Conférence Nationale étaient attendues depuis une décennie. L'auteur les livre à titre posthume dans ce livre. Grâce au sérieux de ses investigations, à la qualité des interrogatoires et à la pertinence de ses propres analyses, il laisse à la postérité des thèses crédibles qui se démarquent nettement des précédentes par la rigueur de la démonstration.

empty