Gilles Vandal

  • En huit ans de mandat, Barack Obama s'est illustré grâce à son sens du leadership. la tête de la première puissance économique et militaire du monde, l'ancien président américain a marqué son passage par son plan de relance économique, sa réforme du système de santé Obamacare mais aussi par son rapprochement avec Cuba en levant l'embargo historique sur le pays. Ses mandats sont ponctués par de grandes réussites, mais ses qualités de dirigeant ont de nombreuses fois été mises à l'épreuve : lorsque le Congrès a refusé de légiférer sur l'utilisation des armes à feu, de même pour la fermeture du camp de haute sécurité Guantanamo. Quelles leçons de leadership pouvons-nous tirer du parcours de Barack Obama ?

  • Donald Trump est un dirigeant qui ne montre aucun respect des normes et des traditions. Ses actions et ses politiques apparaissent à prime abord erratiques et imprévisibles. Pourtant, au-delà de l'apparence, cette démarche populiste et cette rhétorique démagogique sont à la fois cohérentes et concertées.

    Adepte de la théorie du chaos, Trump perçoit la politique comme un jeu dont il doit définir et contrôler les règles. Pour lui, le dirigeant qui suit les règles d'éthique, de politesse ou de respect ne mérite aucune considération. Par l'intimidation, un individu affiche ouvertement sa supériorité sur ses adversaires. Adoptant un ton souvent contradictoire, sa stratégie repose sur une tentative de déstabiliser ses interlocuteurs. Pour ce faire, il n'hésite pas à mentir, même si cela signifie se contredire constamment.

    Donald Trump est en train de devenir un grand dirigeant transformationnel. Dès son entrée en fonction, il a entrepris de balayer des programmes et des politiques que ses prédécesseurs ont pris près d'un siècle à mettre en place : remise en cause de l'ordre international, abrogation d'accords commerciaux, dénonciation d'alliances militaires, rejet du filet social, destruction systématique de l'héritage d'Obama, transformation du système judiciaire en un bastion ultraconservateur, attaque sans précédent sur les droits civils, etc.

    En somme, Trump laissera une empreinte indélébile sur la culture et le système politique américains. Aucun président n'aura eu, depuis Franklin Delanoo Rosevelt, autant d'influence à long terme. Les dommages sont déjà si importants, qu'il faudra plus d'une génération pour tout reconstruire.

  • Obama face à Poutine

    Gilles Vandal

    Comment les dirigeants de deux grandes puissances, partant de visions réalistes du monde, peuvent-ils avoir de la difficulté à s'entendre ? C'est pourtant le paradoxe que le présent ouvrage sur Barack Obama et Vladimir Poutine examine.
    Traitant tour à tour des sujets aussi variés que la doctrine Poutine, le style autoritaire russe, la longue opposition américaine à l'admission de la Russie à l'OMC, l'expansion de l'OTAN, la guerre au terrorisme, la rivalité sur le plan du renseignement, la compétition en Arctique, les ramifications de la crise syrienne et les dessous de la crise ukrainienne, l'auteur scrute les raisons qui expliquent comment ces deux grands dirigeants internationaux réussissent difficilement à établir un solide partenariat. Plus encore, il explique pourquoi leurs relations ne cessent de se détériorer depuis 2009.
    Auteurs de plusieurs ouvrages sur Barack Obama et la politique étrangère américaine, Gilles Vandal fournit ici une analyse des enjeux géostratégiques qui amènent les intérêts nationaux américains et russes à s'entrechoquer sans cesse. Pourtant, les intérêts américains et russes semblaient se chevaucher suffisamment pour rendre possible la réalisation de compromis même sur les questions les plus controversées.

  • Donald Trump : le fossoyeur de l'Amérique Nouv.

  • Joe biden - un leadership rassembleur Nouv.

  • Dès son arrivée à la présidence américaine, Barack Obama a défini en termes très spécifiques les objectifs de son pays quant à la lutte au terrorisme. Il s'agissait de déstabiliser, de démanteler et de vaincre Al-Qaïda. Pour y arriver, il augmenta substantiellement la présence militaire américaine en Afghanistan tout en proposant une stratégie de sortie. En choisissant de faire du conflit en Afghanistan une guerre de nécessité, Barack Obama ne risquait-il pas d'entraîner les Etats-Unis dans un conflit sans fin, comme celui du Viêt-nam? Barack Obama n'est pas un réaliste au sens classique du terme.
    S'inspirant largement des grands principes du réalisme chrétien développés par l'analyste américain Reinhold Niebuhr dans les années 1950, il a développé une vision morale du monde qui l'amène à distinguer les conflits nécessaires et inévitables de ceux qui le sont par choix. Gilles Vandal se penche sur la redéfinition de la politique américaine en Afghanistan et sur la mise en place d'une stratégie de sortie, pour ensuite examiner les conséquences du limogeage du général McKiernan, la mission particulière du général McChrystal et ses échecs ultimes.
    Il analyse également le report de la stratégie de sortie pour la fin de 2014 et finalement le couronnement de la stratégie d'Obama avec l'élimination de Ben Laden et des principaux dirigeants d'Al-Qaïda.

  • Qu´est-ce que la Doctrine Obama ? C´est ce que l´auteur définit en analysant le parcours intellectuel d´Obama jusqu'à son accession à la présidence américaine : ses expériences personnelles en Indonésie, à Hawaîi et à Chicago, les aléas de sa carrière politique, mais aussi ses lectures de Niebuhr et de Kennan.

  • Le Printemps arabe constitue un événement marquant de l'histoire du Moyen-Orient. Cet ouvrage examine comment le président Obama a anticipé ces bouleversements en conviant le monde musulman à un nouveau dialogue et en encourageant publiquement les dirigeants arabes à procéder à des réformes démocratiques.
    L'ouvrage examine comment l'administration Obama a développé des politiques adaptées à chacun des pays en cause selon leur situation particulière.
    Ce faisant, les auteurs étudient les conséquences du retrait américain de l'Irak, la reconnaissance du rôle de la Turquie sous l'égide d'un parti islamiste, la transition ordonnée de l'Égypte vers la démocratie, la résistance de l'Arabie Saoudite au Printemps arabe, la lutte contre Al-Qaïda au Yémen, l'endiguement de l'Iran, les dessous de la guerre civile en Syrie, le soutien inconditionnel des États-Unis à Israël et la lutte difficile de la Palestine pour l'autodétermination.

  • Cet ouvrage veut à la fois saisir l'évolution d'Al-Qaïda et étudier les stratégies et les tactiques mises en place par les autorités américaines pour combattre ce réseau terroriste. Il veut montrer comment les politiques de l'administration Obama ont représenté un virage important dans cette lutte.
    L'approche adoptée par les États-Unis doit être vue non comme une tentative de s'immiscer dans des conflits locaux ou de répondre à des revendications populaires, mais d'abord comme une politique visant à démanteler et à vaincre Al-Qaïda, ses filiales et ses groupes associés.
    En filigrane, les auteurs s'interrogent sur les répercussions légales, politiques et éthiques des moyens militaires adoptés par l'administration Obama pour combattre Al-Qaïda. Ils examinent aussi comment le président justifie moralement le recours à des frappes militaires dans des États alliés et comment il motive le recours à des assassinats ciblés pour défaire Al-Qaïda et ses composantes.
    Après avoir examiné l'évolution idéologique d'Al-Qaïda, les neuf chapitres analysent donc comment Al-Qaïda a trouvé refuge en Afghanistan, en Irak, au Yémen, en Lybie, au Maghreb, au Mali, en Syrie et en Iran, et étudient la façon dont l'administration américaine a cherché à combattre et à éradiquer le réseau terroriste.

  • En novembre 2011, le président Obama déclara que l'Asie allait devenir le pivot de la politique extérieure américaine. Cette déclaration voulait parer à un nouveau défi : celui de la montée de la Chine comme puissance concurrente des États-Unis. Cet ouvrage veut examiner cette problématique pour déterminer dans quelle mesure la Chine pose un défi à l'hégémonie américaine.
    La première partie aborde la croissance économique de la Chine. Après avoir examiné les racines his-toriques des relations sino-américaines, les deux auteurs scrutent l'influence que les politiques améri-caines, telles que l'octroi de la clause de la nation favorite et l'entrée à l'OMC, ont eu sur l'émergence de la Chine comme puissance économique. De plus, ils étudient le processus de libéralisation de l'économie chinoise, les relations commerciales sino-américaines, l'importance des investissements américains en Chine, l'influence économique grandissante de la Chine dans l'économie mondiale, les rivalités com-merciales entre les deux pays, etc. La Chine a non seulement dépassé les États-Unis comme première puissance industrielle dans le monde, mais elle devrait aussi devenir première puissance économique en 2017 ou 2018. Néanmoins, les États-Unis devraient rester le principal moteur de l'économie mondiale à cause de la capacité innovatrice du pays.
    La deuxième partie examine les aspects géopolitiques posés par l'émergence de la puissance chinoise. Après avoir abordé le dossier difficile du manque de respect des droits humains en Chine (protestations populaires, grèves, discrimination envers les minorités ethniques, etc.), les deux auteurs traitent des pro-blèmes environnementaux générés par la croissance économique et de la nécessité de prendre le virage vert. Ils abordent ensuite les défis militaires et géostratégiques de la montée de la Chine en Asie. De plus, tour à tour, ils traitent de questions comme la rivalité sino-japonaise ou celle de la mer de Chine du Sud, et de ses implications pour les États-Unis. Et finalement, ils examinent la place de la Chine sur la scène internationale (ONU, BRICS', G-20) et cherchent à déterminer comment l'ascendance grandissante de la Chine menace l'hégémonie des États-Unis en Asie et sur l'ordre international.

empty