Eric Alary

  • Mamelle économique et militaire de la France, la paysannerie a subi de plein fouet les tragédies du XXe siècle. Le choc des deux guerres mondiales a précipité une mutation sans précédent qui l'a laissée exsangue, transformant le héros de 1914-1918 en bouc émissaire de la transition écologique et en victime expiatoire de la tertiarisation triomphante.
    À l'heure où la fracture sociale ne cesse de s'élargir, cette grande synthèse, fruit de plusieurs années de travail, est d'une lecture indispensable.

  • Le 14 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans Paris. C'est le début de quatre longues années d'occupation de la France. Comment les Allemands l'ont-ils envisagée ? Comment l'ont-ils préparée ? Quelles idées se faisaient-ils de leurs voisins d'outre-Rhin ? Comment se sont-ils comportés avec eux, à Paris ou en province ? Ont-ils manifesté de l'empathie pour les populations qui subissaient vexations et pénuries ? Ou au contraire de la morgue à l'encontre des vaincus qu'ils dépouillaient ? Comment ont-ils vécu entre eux ? Ont-ils été libres d'agir comme ils le souhaitaient ? Quelles sont les images qu'ils conserveront après-guerre de cette période si particulière ?
    Telles sont, parmi bien d'autres, quelques-unes des questions auxquelles répond Éric Alary dans cet ouvrage novateur. D'une plume alerte, puisant essentiellement aux sources allemandes, en grande partie inédites, il livre une histoire à la fois renouvelée - bien loin des poncifs habituels et des simplifications a posteriori - et incarnée, grâce aux nombreux destins individuels dont il se fait l'écho au moyen de témoignages éclairants. Cette grande synthèse, où se toisent regards français et allemands, arrive à point nommé pour combler un manque sur cet épisode tragique.

  • En août 1914, l'existence de millions d'hommes et de femmes a basculé avec l'ordre de mobilisation générale. Or jusqu'à aujourd'hui, aucun ouvrage, parmi les milliers consacrés à la Grande Guerre, ne s'est penché sur la vie de ces 36 millions de civils (contre environ 6 millions de militaires) qui ont vécu le conflit en dehors des tranchées, à l'arrière ou dans les zones occupées par les Allemands, entre 1914 et 1918. Ces civils sans qui la guerre n'aurait jamais pu être gagnée.
    Avec cet ouvrage très documenté, Éric Alary comble enfin un vide historiographique de taille. Mêlant petites histoires intimes et fascinantes, et analyses systématiques de l'historien, il raconte les séparations, les évacuations, les exodes, les deuils infinis, la place nouvelle de millions de femmes et d'enfants dans une société recomposée, les privations matérielles et alimentaires, les grèves, les bombardements aériens - inédits dans l'histoire des civils -, la démobilisation longue des hommes en 1918-1920, sans oublier le retour difficile des blessés et des mutilés dans leurs foyers et les terribles ravages de la grippe espagnole.
    Alors que l'année 2014 sera marquée par une multitude de commémorations du centenaire du début de la guerre, il est essentiel de découvrir et faire partager l'histoire et les souffrances de ces Français oubliés.

  • La Loire est devenue un patrimoine mondial en grande partie grâce à son histoire. Le fleuve traverse des dizaines de régions très différentes et chacune raconte son histoire de la Loire. Cette histoire permet d'observer une bonne part de notre histoire nationale. Cet ouvrage revient sur les différentes époques, de l'Antiquité aux Trente Glorieuses, en passant par la guerre de Cent Ans et les deux guerres mondiales. L'auteur explique comment les hommes ont dompté la Loire et ont vécu grâce à ses ressources. Ils se sont aussi laissés charmer par ce fleuve... Nombre de poètes et de romanciers ont vécu sur les bords de Loire

  • L'exode

    Eric Alary

    L'exode de mai-juin 1940 est la face la plus visible de la débâcle. Car si les combats, les intrigues politiques et, plus tard, les appels de Pétain et de De Gaulle ne touchent qu'une minorité, le sort des huit millions de Français fuyant l'avancée allemande prend à partie la France entière. Pourtant, cette catastrophe humaine, politique, économique et sociale d'une ampleur sans précédent est demeurée dans l'ombre.
    Basé sur une documentation d'une richesse inédite et illustré de centaines de parcours personnels, L'Exode comble un vide de taille sur la Seconde Guerre mondiale en France.

    Nouvelle édition revue et augmentée

  • Ce livre raconte la vie de millions d'anonymes choqués par la défaite, l'Occupation, puis marqués par les libérations et la longue attente des lendemains meilleurs. Il constitue aussi la première histoire systématique de tous les Français, ceux de la métropole et ceux de l'empire colonial - les premiers, obnubilés par le redressement et la modernisation ; les seconds, tiraillés entre misère au quotidien et rêves de liberté.
    Il fallait entrer dans les fermes, les cuisines, les paroisses, scruter les rues pour entrevoir de nouvelles formes de sociabilité ; il fallait comprendre comment les Français vivaient avec les occupants, puis avec les libérateurs, comment ils s'aimaient, se rencontraient, se cachaient, faisaient la fête, trafiquaient ; bref, comment ils affrontaient la vie et la mort en cette décennie qui marquait la fin d'une époque.

  • Créée sous l'Ancien Régime, la gendarmerie traverse toute l'histoire de notre pays. Installées au coeur de la France profonde, ses brigades en sont un témoin privilégié. En scrutant leurs archives, on pénètre au coeur d'une réalité sociale d'une étonnante diversité, on voit apparaître des personnages hauts en couleurs, de terribles conflits humains, mais aussi des grandeurs insoupçonnées. En suivant les pas de « l'Arme », le principal corps militaire français, on relit de nombreux épisodes majeurs: l'épopée napoléonienne, l'aventure coloniale, comme certaines pages plus sombres (l'Occupation, la guerre d'Algérie). Eric Alary restitue toutes les facettes de ce passé particulièrement riche. Et tout en faisant vivre sous nos yeux les gendarmes dans toute la variété de leurs missions, il répond à de nombreuses questions : quelle est la véritable origine de la maréchaussée ? Comment est-on passé de la maréchaussée à la gendarmerie nationale ? Comment cette dernière résiste-t-elle aux crises et changements de régime ? Faut-il la conserver, améliorer le sort des gendarmes ?... Sans occulter certains moments difficiles, l'auteur rend à cette institution majeure l'hommage qui lui est dû et donne la possibilité d'aller plus en avant à ceux qui le souhaitent grâce notamment à un appareil critique et à une bibliographie exhaustifs.

  • Pour les 70 ans de la ligne de démarcation, voici réactualisé le livre de référence La ligne de démarcation, imposée en juin 1940 par les Allemands sur près de 1 200 kilomètres, a constitué l'un des signes les plus insupportables de l'Occupation pour les Français, littéralement renvoyés dos à dos dans leur propre pays. Tour à tour assouplie ou durcie, elle devint également un élément de chantage politique envers le régime de Vichy.
    A l'aide de sources multiples, françaises et étrangères, et d'une cartographie renouvelée, l'auteur éclaire toutes les implications de la ligne de démarcation dans les domaines politique, économique et social. Au fil des pages s'enchaînent des centaines de récits mettant en scène aussi bien les passeurs clandestins qui ont risqué leur vie que les résistants et les Juifs traqués, ou les gens ordinaires dont les familles séparées s'efforçaient de survivre.

  • 1939-1945 : six années de guerres analysées et photographiées aux quatre coins de la planète. Comprendre les enjeux nationaux, les forces en présence, les victimes militaires et civiles. Ce guide offre une vision synthétique d'un conflit majeur.

  • Ce beau-livre composé de photos en noir et blanc présente tour à tour les activités de la vie rurale : la fenaison, les labours, le vêlage, les marchés, les battages...
    Les photos, les textes évoquent le quotidien de ces paysans, leurs fatigues, leurs joies, la lenteur calculée, l'amour de la terre.
    Nostalgique car évocateur de la fin d'un monde, ce livre est un véritable reportage ethnographique qui souligne l'humanité de ces hommes et de ces femmes « de la terre » qui ont façonné nos terroirs depuis plus d'un siècle.

  • Nos objets cultes

    Eric Alary

    • Larousse
    • 10 Octobre 2018

    Nous avons tous grandi sans ces objets qui nous semblent aujourd'hui incontournables : l'ordinateur, le téléphone portable, le GPS, les jeux vidéo... Il y en avait alors d'autres, qui ont peuplé, silencieusement ou pas, à grand renfort de publicité, chaque étape de notre vie. Rappelez-vous...
    Vous écoutiez de la musique sur un tourne-disque, rangé à côté d'un vieux téléviseur plus profond que grand, votre Polaroid® dans un tiroir. Vous tiriez sur le fil du téléphone pour un peu plus d'intimité, la cuisine était en Formica. À cette époque, on réglait nos achats en francs, on utilisait des cabines téléphoniques.
    Bref, on était au xxe siècle... Un xxe siècle que sont venus révolutionner le stylo-bille, la machine à laver, la minijupe, le jean, le Minitel, le Caméscope®, le baladeur...
    Tous ces objets sont des témoignages du temps qui passe, d'une société presque révolue. À partir de quand avons-nous changé de monde ? Quand est-on passé à l'ère du numérique ? Tel est le fil conducteur de cette balade visuelle qui raconte sous un angle inédit l'histoire de nos enfances, de nos étés, de nos rentrées, de nos jeux et de nos rêves. Cet ouvrage fait aussi le récit de nos vies d'adultes et explore la petite histoire quotidienne de chaque objet pour comprendre la grande.

  • Il y a 50 ans : mai 68 !

    Eric Alary

    • Larousse
    • 11 Octobre 2017

    Il y a 50 ans, la France s'enflammait. Il y a 50 ans, le Quartier latin à Paris se couvrait de barricades, et des ouvriers bloquaient les usines. Le pays entier s'immobilisait alors que la société changeait profondément. Mai 68 est un moment clé, fort, fondateur de notre histoire politique, culturelle et sociale. A tel point qu'il est devenu une référence souvent convoquée dans les discours et les débats d'aujourd'hui.
    Rien, après ce printemps-là, ne fut plus jamais comme avant. Remarquablement illustré, ce livre dévoile aussi un autre visage de Mai 68 : il réinscrit ces événements dans un paysage plus vaste, dans la capitale certes, mais aussi en province, en Europe et dans le monde entier. S'est-on autant soulevé à Grenoble, à Nantes qu'à Paris ? Comment Mai a-t-il été vécu et ressenti par les paysans, les femmes, les immigrés, les artistes ou les intellectuels ? Comment cette révolution a-t-elle été perçue chez nos voisins allemands ou britanniques ? Et quelles étaient les aspirations réelles de ces millions de Français qui voulaient en finir avec une société considérée comme autoritaire ? De l'université de Nanterre aux bancs de la Sorbonne, de Paris à Toulouse, des premières grèves ouvrières aux accords de Grenelle, de Daniel Cohn-Bendit à Georges Séguy, redécouvrez la diversité et la richesse incroyable des rêves qui, pendant quelques semaines, et les années qui suivirent, animèrent et enchantèrent la France.
    Revivez l'histoire de ce printemps fabuleux au cours duquel le mot liberté reprit tout son sens.

  • Plus de deux cent ans de crimes passés au crible par des spécialistes.
    Les 40 plus grandes affaires criminelles s'étant déroulées sur le sol Français réunies en 250 pages. De la bande à Bonnot à Spaggiari, de Dominici à Mis et Thiénot jusqu à l'assassinat de Mesrine dans les rues de Paris : des textes de grands spécialistes (avocats, professeurs, historiens du droit pénal) et 5 cahiers photos pour tout connaître des plus grandes affaires de ces deux derniers siècles.
    Des histoires passionnantes et passionnées qui ont forgé le stéréotype du « héros » criminel d'aujourd'hui.

  • Les quarante affaires criminelles qui ont marqué la France de 1796 à 1982 sont réunies dans cet ouvrage, de la bande à Bonnot à Pierrot le Fou, de Dominici à Mis et Thiénot, jusqu'à l'assassinat de Mesrine dans les rues de Paris.

  • L'exode de mai-juin 1940 est la traduction civile de la défaite militaire, la face la plus visible de la débâcle. Car si les combats, les intrigues politiques et, plus tard, les appels de Pétain et de De Gaulle ne touchent qu'une minorité, le sort des huit millions de Français fuyant l'avancée allemande prend à partie la France entière. Pourtant, cette catastrophe humaine, politique, économique et sociale d'une ampleur sans précédent est demeurée dans l'ombre. Premier ouvrage exhaustif sur le sujet, L'Exode comble donc un vide de taille sur l'événement emblématique de la débâcle. Durant plusieurs années, l'auteur a consulté des centaines de sources inédites, faisant la part belle aux milliers de témoins - célèbres ou anonymes - de ce gigantesque traumatisme collectif. En dépassant le cadre des quelques mois qui courent de la mobilisation générale en septembre 1939 jusqu'à l'armistice de juin 1940, il dévoile aussi l'histoire de ceux qui ne sont rentrés que bien plus tard... et de ceux qui ne sont jamais revenus. Découvrir l'exode permet de mieux comprendre non seulement la France d'aujourd'hui, tant cet événement a marqué la mémoire collective, mais aussi le monde à l'aune des grands drames humanitaires, dont il a été le premier chapitre et l'un des plus dramatiques.

  • L'Histoire des paysans français débute à la Belle Epoque, période où la IIIe République achève d'initier les paysans à la démocratie républicaine. Grâce à l'école, au service militaire et à l'arrivée des chemins de fer, les campagnes se désenclavent progressivement, marquant la fin d'un XIXe siècle caractérisé par une relative prospérité.
    Un siècle plus tard, les paysans sont méconnaissables. Ils ont traversé deux guerres mondiales - dont la première fut dévastatrice -, le dépeuplement des villages, la révolution mécanique, l'entrée dans l'Europe, puis le choc de la mondialisation. Ces héros nourriciers qui ont porté la France à l'autosuffisance alimentaire accusent le coup et entrent dans la modernité avec fracas.
    Un monde fondé sur des mémoires, des traditions et des savoir-faire s'enfuit, chassé par une agriculture d'une nouvelle ère. Le visage des campagnes se transforme : les petites exploitations familiales laissent place aux grandes et les villages vidés de leurs paysans deviennent des lieux de villégiature pour citadins en mal de tranquillité.
    Que reste-t-il alors de la société paysanne ? L'artisanat, les fêtes et les foires ne sont-ils qu'une culture reléguée au rang du folklore ? A l'heure où la société accuse les agriculteurs d'être des pollueurs et des empoisonneurs, où le fossé se creuse entre ruraux et citadins, Eric Alary retrace avec finesse les joies et les peines de la paysannerie française. Il le fait selon son habitude au plus près des sources, donnant corps à l'histoire en l'incarnant dans des destins individuels.

  • Il était une fois les Français des années 1950, à la charnière de la Seconde Guerre mondiale et de la modernité conquérante. Ce furent les jours heureux de la croissance et de l'avènement d'un monde plus confortable et plus facile où s'imposaient la voiture, l'électroménager, les produits américains, la pratique du sport, l'abondance après la parcimonie ou les pénuries, les millions de "beaux bébés" d'une France soudain rajeunie.
    Ce furent aussi l'instabilité gouvernementale et l'impuissance politique qui firent détester la IVe République, un monde coupé en deux par la Guerre froide, la peur de l'apocalypse nucléaire et les réalités tragiques de la décolonisation. Grâce aux exceptionnelles collections de l'agence Roger-Viollet, défilent sous nos yeux tous les aspects de la vie quotidienne ou des événements marquants, illustrés par la photographie triomphante, avant que la télévision encore balbutiante n'ait supplanté la radio.
    Photographie noir et blanc ou couleur des magazines, de la publicité aux slogans improbables, des reportages, qui restitue un monde en voie de transformation, avec la force irrésistible d'un nouvel élan et une pointe de nostalgie.

  • Il était une fois.un livre qui traverse la France des années 1939 à 1949 et qui raconte l'histoire de la vie quotidienne des Français durant cette période.
    Grâce à une iconographie très riche issue du fonds de l'Agence Roger Viollet, Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon restituent avec précision cette décennie tragique, durant laquelle terreur, douleur mais aussi espoir s'entremêlent.
    Il était une fois un beau-livre dans lequel deux spécialistes de la période s'attachent à retranscrire ces périodes de guerre, d'occupation et de libération avec l'oeil avisé de l'historien et l'appui iconographique de l'époque.

  • Parce qu´elle est un temps de décisions difficiles, de déchirements et d´affrontements, l´histoire de la Seconde Guerre mondiale a suscité bien des questions, qui peuvent être ou avoir été objets de controverses. Cet ouvrage tente d'y répondre.

  • Les grandes affaires criminelles en France Nouv.

    Pendant près de deux siècles en France, des juridictions ont été saisies pour juger de crimes et de délits dont l'horreur a parfois dépassé l'entendement. Certaines affaires n'ont jamais été élucidées et ont gardé depuis leur part d'ombre et de mystère. La démence parfois, la passion amoureuse, ou encore la cupidité et le chantage expliquent les agissements des criminels devenus, le temps d'un procès ou d'une enquête, des vedettes médiatiques de grandes affaires. Un collectif d'auteurs spécialistes a été réuni autour de trente-huit affaires criminelles qui ont marqué l'histoire de France. Avocats, professeurs et historiens nous révèlent la face cachée des enquêtes menées alors : le cas Landru, la bande à Bonnot, l'affaire Stavisky, le clan Dominici, Spaggiari, la mort de Mesrine dans les rues de Paris... Éric Alary a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels La Ligne de démarcation (Perrin, 2003), le Dictionnaire de la France sous l'occupation (Larousse, 2011), L'Exode. Un drame oublié (Perrin, 2010), Histoire de la gendarmerie (Perrin, coll. Tempus, 2011).

  • Ce livre raconte la vie de millions d'anonymes choqués par la défaite, l'Occupation, puis marqués par les libérations et la longue attente des lendemains meilleurs. Il constitue aussi la première histoire systématique de tous les Français, ceux de la métropole et ceux de l'empire colonial - les premiers, obnubilés par le redressement et la modernisation ; les seconds, tiraillés entre misère au quotidien et rêves de liberté.
    Il fallait entrer dans les fermes, les cuisines, les paroisses, scruter les rues pour entrevoir de nouvelles formes de sociabilité ; il fallait comprendre comment les Français vivaient avec les occupants, puis avec les libérateurs, comment ils s'aimaient, se rencontraient, se cachaient, faisaient la fête, trafiquaient ; bref, comment ils affrontaient la vie et la mort en cette décennie qui marquait la fin d'une époque.

empty