Découvrir Mario Rigoni Stern à travers ses écrits

  • Le sergent dans la neige

    Rigoni Stern Mario

    • 10/18
    • 15 Juin 1995

    La retraite de russie - celle de la grande armée " européenne " lancée par hitler contre l'urss.
    Pas de grands récits de batailles ; pas de thèses politiques, mais quelques soldats italiens perdus dans cette aventure, qui marchent et qui souffrent, qui ont faim, qui ont froid et qui luttent - ce qui est le plus difficile - pour ne pas perdre définitivement tout sentiment humain. la voix d'un témoin qui ne s'élève jamais mais qui sera entendue par tout le monde. ce classique des lettres italiennes d'après-guerre a été unanimement loué par vittorini, calvino et primo levi qui écrivit à propos de l'auteur : " le fait que rigoni stern existe est en soi miraculeux.
    Miraculeuse d'abord sa propre survie : celle d'un homme qui s'est toujours campé aux antipodes de la violence et que le destin a contraint à participer à toutes les guerres de son temps. miracle, enfin, le fait que rigoni soit parvenu à garder son authenticité dans notre époque de fous. "

    En stock

    Ajouter au panier
  • Histoire de Tönle

    Mario Rigoni Stern

    • Verdier
    • 25 Septembre 2008

    Dans ce récit écrit sans artifices, tönle, berger du plateau d'asiago, à la frontière du royaume d'italie et de l'empire austro-hongrois, doit, pour survivre et nourrir sa famille, se faire contrebandier, soldat, mineur en styrie, colporteur d'estampes jusqu'aux carpates, jardinier à prague, gardien de chevaux en hongrie.
    Mais pour ce solitaire anarchisant, le monde finit avec la première guerre mondiale, quand le plateau se transforme en un champ de bataille oú il erre obstinément en compagnie de ses moutons. c'est avec eux qu'il repassera la frontière, prisonnier civil sur ces terres oú il fut libre. il mourra au pied du plateau. les romans de mario rigoni stern (1921-2008) sont devenus en italie comme en france des classiques.

    En stock

    Ajouter au panier
  • En guerre ; campagnes de France et d'Albanie (1940-1941)

    Mario Rigoni Stern

    • Belles lettres
    • 18 Février 2022

    À la guerre, remarque Mario Rigoni Stern, on peut mourir à vingt ans, en une seconde, sur l'herbe, en plein printemps. Aucune polémique, aucun pathos, aucun héros dans le récit de cette guerre qui emmena Mario Rigoni Stern en France et en Albanie de 1940 à 1941, rien que la réalité. Tourmenté par les souvenirs et par les poux, Rigoni Stern traverse cette épreuve en moraliste pacifique. « Pour la plupart d'entre nous commença la fin de tout. »

  • Les saisons de Giacomo

    Mario Rigoni Stern

    • Robert laffont
    • 6 Décembre 2016

    En stock

    Ajouter au panier
  • Requiem pour un alpiniste

    Mario Rigoni Stern

    • Belles lettres
    • 18 Février 2022

    « ARRIVER LÀ-HAUT un matin d'été après que, la nuit, un orage a lavé le ciel et la terre, s'arrêter en silence pour regarder, et demeurer sous le charme parce que la beauté est telle que le regard ne sait où se poser, et on en a le souffle coupé. Rester ici jusqu'au couchant à écouter en silence la montagne raconter des légendes, des histoires de bergers, d'alpinistes, de guerre. »

  • Sentiers sous la neige

    Mario Rigoni Stern

    • La fosse aux ours
    • 19 Septembre 2000

    " là-haut, la montagne est silencieuse et déserte.
    La neige qui est tombée en abondance ces jours-ci a effacé les sentiers des bergers, les aires des charbonniers, les tranchées de la grande guerre et les aventures des chasseurs. et c'est sous cette neige que vivent mes souvenirs. " " on trouve rarement pareille cohérence entre l'homme qui vit et l'homme qui écrit, pareille densité d'écriture. " primo levi.

  • En attendant l'aube

    Mario Rigoni Stern

    • La fosse aux ours
    • 28 Août 2001

    " il avait recommencé à neiger ; la chienne s'était endormie contre mes jambes ; mes vêtements étaient presque secs et il y avait là un bon silence.
    La chaleur du feu, l'amitié d'albino que je sentais, le lièvre que j'avais dans mon sac, les trois gorgées de marc donnaient un bon goût à la vie. " " on trouve rarement pareille cohérence entre l'homme qui vit et l'homme qui écrit, pareille densité d'écriture. " primo levi

  • Entre deux guerres

    Mario Rigoni Stern

    • Robert laffont
    • 22 Mai 2003

    L'entre-deux-guerres, c'est l'enfance de Mario Rigoni Stem : des années baignées dans le souvenir et les récits de la Première Guerre mondiale.
    À dix-huit ans, la Seconde le plonge brutalement dans l'âge adulte : il est enrôlé comme chasseur alpin et envoyé en Albanie, en Grèce, en Biélorussie. Trente ans après, l'écrivain, mûri par la guerre et l'écriture, retourne dans ces contrées devenues paisibles. C'est ce retour sur le passé qui a donné naissance à Entre deux guerres dans une succession de courts récits, Mario Rigoni Stern abandonne la forme romanesque pour rassembler et transmettre son expérience.
    Un souvenir appelle l'autre, comme autant de moments concrets, souvent inconnus de l'histoire officielle : les combats, les marches, la souffrance, le froid, les espions... Sur un ton parfois épique et poétique, parfois plus critique, mais toujours dans un souci de vérité, Mario Rigoni Stern compose un livre magnifique, le livre d'une vie.

  • Arbres en liberté

    Mario Rigoni Stern

    • La fosse aux ours
    • 12 Août 1999

    LES ARBRES de Mario Rigoni Stern ont la même beauté austère que les personnages de ses livres. Il n'en parle pas seulement comme un botaniste nourri de culture classique qui connaît toutes les vertus des arbres et de leurs fruits : il accroche aussi à leurs branches comme les boules d'un sapin de Noël, souvenirs d'enfance et de guerre, histoire de cet Altipiano au climat rude dont il est originaire. « ... et si, à la fin, j'ai réussi à vous communiquer un peu de mon amour des arbres, j'aurai le coeur plus léger ».

  • Le vin de la vie

    Mario Rigoni Stern

    • La fosse aux ours
    • 27 Septembre 2002

    " Lire Mario Rigoni Stern, c'est s'abreuver à la beauté, à la fraternité, se nourrir de mots doux et loyaux, de ceux qui susurrent le raffut du monde en empruntant les chemins de la poésie. " Martine Laval, Télérama.

empty